Advertisement

La Transposition de la Méthode Cartésienne en Histoire

  • Elisabeth Labrousse
Part of the Archives Internationales D’Histoire des Idees / International Archives of the History of Ideas book series (ARCH, volume 6)

Résumé

A Toulouse, Bayle commença par disputer vigoureusement contre le cartésianisme au nom de la philosophie scolastique que lui enseignaient ses maîtres Jésuites,1 mais ses convictions péripatéticiennes ne tardèrent pas à être ébranlées et à Genève, où à coup sûr, un contact direct avec les ouvrages mêmes des Modernes lui fut possible, il est gagné à la philosophie nouvelle: 2 ses cours de Sedan en furent assez imprégnés pour qu’il se soit attiré, auprès de certains traditionalistes, une franche réputation de cartésien contre laquelle il fut amené à protester. Peu avant la fermeture de l’Académie et parce que, l’escomptant, il était entré en pourparlers au sujet d’un éventuel poste de professeur en Hollande, Bayle écrit à son frère Jacob qui lui servait d’intermédiaire: 3 «Le Cartésianisme ne faira pas une affaire, je le regarde simplement comme une hypothèse ingénieuse qui peut servir à expliquer certains effets naturels, mais du reste, j’en suis si peu entêté que je ne risquerois pas la moindre chose pour soutenir que la nature se règle et se gouverne selon ces Principes-là. Plus j’étudie la Philosophie, plus j’y trouve d’incertitude: la différence entre les Sectes ne va qu’à quelque probabilité de plus ou de moins; il n’y en a point encore qui ait frappé au but, et jamais on n’y frappera apparemment tant sont grandes les profondeurs de Dieu dans les œuvres de la nature aussi bien que dans celles de la grâce.

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Copyright information

© Martinus Nijhoff, The Hague, Netherlands 1964

Authors and Affiliations

  • Elisabeth Labrousse

There are no affiliations available

Personalised recommendations