Advertisement

Orientations Présentes de la Sociologie Religieuse

  • Gabriel Le Bras

Résumé

Dans sa précieuse esquisse d’une histoire littéraire de la sociologie, Leopold von Wiese choisit pour point de départ des récentes orientations la fin de la première guerre mondiale.1 Notre dies a quo sera l’éclair initial du nouvel orage: l’ébranlement qu’il annonçait et qui secoue encore les religions et les sociétés s’est produit au temps même où faiblissait l’action puissante des chefs d’école2. Si Durkheim et Lévy-Bruhl, Max Weber et Dilthey continuent d’exercer une influence, si nous sommes, malgré les divergences et les refus, leurs obligés reconnaissants, des problèmes ont surgi et des facteurs imprévus, qui nous invitent â réfléchir avec nos propres lumières sur les directions imprimées â la pensée des sociologues depuis 1939 jusqu’en ce printemps de 1951. Domaines, modes, esprit de la recherche: tels seront les trois points de notre bref essai3.

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Literatur

  1. 1.
    Leopold von Wiese System der allgemeinen Soziologie, 2e éd., 1933, p. 1–100: Literaturgeschichtliche Einleitung.Google Scholar
  2. 2.
    La Sociologie au XXe Siècle, 2 vol. publiés sous la direction de Georges Gurvitch Paris, 1947.Google Scholar
  3. 3.
    Les dix pages qui nous sont accordées laissent peu de marge, dans cet article, qui n’est pas une chronique, â la bibliographie véritable. Nous évoquerons seulement des noms et des dates, dont aucune antérieure â 1939.Google Scholar
  4. 4.
    La tendance restrictive a été exprimée dans les comptes rendus des Eléments de Bastide tandis que l’encyclopédie semblerait impliquée dans un article récent de l’American Catholic sociological Review 1950, p. 3–14.Google Scholar
  5. 5.
    Au préalable, se pose le problème fondamental des rapports entre magie et religion, qui vient d’être traité avec une grande vigueur par G. Gurvitch (La Vocation actuelle de la Sociologie, 1950).Google Scholar
  6. 6.
    Nous avons proposé plusieurs articles la justification de cette exigence, notamment dans la en Revue d’histoire de l’Église de France 1945.Google Scholar
  7. 7.
    On reconnaît nos allusions à Leenhardt, Dumézil et Griaule. Google Scholar
  8. 8.
    Oliver La Farge, Leo Austen, Roger Bastide. Google Scholar
  9. 9.
    Handbook of South-American Indians.Google Scholar
  10. 10.
    Un tableau de tout ce secteur vient d’être présenté dans un fascicule de 402 pages de Lumen Vitae (27, rue de Spa, Bruxelles), vol. VI, 1951, n° 1–2. Le prochain volume de L’Année sociologique contiendra une longue recension de cet important recueil et les observations qu’il nous a suggérées sur les zones du catholicisme.Google Scholar
  11. 11.
    Les origines chrétiennes continuent d’avoir la primauté, que l’on considère la place de l’homme dans le Nouveau Testament (Scott 1946) ou le sort d’Israël (Simon 1949).Google Scholar
  12. 12.
    Encore que le sociologue ait beaucoup â cueillir dans les ouvrages de L. Gernet et de Ch. Picard sur la Grèce, de Brown Mercer et de Mme Sandman Holmberg sur l’Egypte.Google Scholar
  13. 13.
    L’invitation de M. Andrieu le savant éditeur des Ordines romani sera-t-elle entendue? Des articles comme celui d’Aubrey (The Holy Spirit, dans Journal of theological Studies, 1940) sont malheureusement exceptionnels. On s’est davantage occupé de la sociologie des religieux (en dernier lieu E. K. Francis Am. Journal of Sociology, 1950).Google Scholar
  14. 14.
    Pour le Canada: S. D. Clark (1948) — Pour les Etats-Unis: E. T. Clark (1949).Google Scholar
  15. 15.
    Faut-il rappeler ce que la sociologie doit aux deux maîtres, récemment disparus, de l’ethnologie et de la phénoménologie: Mauss et van der Leeuv dont les derniers ouvrages sont pour nous des bréviaires.Google Scholar
  16. 16.
    Aux sentiments maintes fois exprimés des sociologues correspondent ceux que le psychologue Piéron exprime dans un article récent de L’Education nationale.Google Scholar
  17. 17.
    Nous avons développé cette opinion dans L’Année sociologique 1948–49.Google Scholar
  18. 18.
    Préparés dans des centres qui se multiplient et que soutiennent des subsides nationaux ou internationaux, des chercheurs parcourent toutes les réserves de primitifs. Missionnaires, administrateurs, militaires apportent une contribution précieuse.Google Scholar
  19. 19.
    Travaux récents sur la paroisse canadienne (Falardeau, Miner) et américaine (Schnepp, Nuesse, Fichter); un diocèse américain (Kelly) ou français (Ligier); la jeunesse scolaire (Sullenger, Wattenberg); l’Église dans la ville (Leiffer) ou dans le village.Google Scholar
  20. 20.
    La subite vulgarisation de la sociologie dans le sein du catholicisme est une chance, qui comporte un risque: beaucoup des clercs et des hommes d’action qui se dépensent avec zèle ont une faible préparation, mais ils sont des auxiliaires utiles et perfectibles.Google Scholar
  21. 21.
    En France, depuis un an: Boulard, Kopf, Lebret. Google Scholar
  22. 22.
    L’attention primordiale donnée aux faits sociaux est le trait commun de la „Sociologie empirique“ (représentée notamment par le chan. Leclercq, M lle Leplae et le signataire de ces lignes). Des hommes de talent cherchent â fonder la sociologie sur la théologie (N. Monzel, M. Geck): ce que l’on a récemment appelé Sociologie surnaturelle.Google Scholar
  23. 23.
    Les deux ouvrages de J. Wach et de G. Mensching ont inauguré ce titre. Jusqu’alors nous n’avions que des Eléments ou des Introductions. L’information très vaste et la force de synthèse des deux auteurs ont ajouté un vaste tableau, le meilleur qu l’on pût espérer et ainsi le plus propre â nous faire découvrir l’immensité des régions inexplorées dans un paysage grandiose.Google Scholar
  24. 24.
    Pinard de la Boullaye. Google Scholar
  25. 25.
    La racine et l’histoire des mots contiennent si bien le secret de certaines origines ou parentés que des sociologues ont commencé leurs recherches par des grammaires et des vocabulaires.Google Scholar
  26. 26.
    L’un des pionniers fut, au début du siècle, le P. Krose qui créa un office pour l’Allemagne et un Annuaire, ressuscité en 1949. Depuis une dizaine d’années, les applications au clergé se multiplient en Italie, le dénombrement des diverses catégories de fidèles se généralise en France; un Institut fortement organisé fonctionne â la Haye sous la direction du professeur Zeeghers. Google Scholar
  27. 27.
    Les chiffres sont d’autant plus ambigus qu’ils se rapportent â des conditions psychologiques plus profondes. Nous tenons â souligner l’importance d’un dénombrement des indices qui préci sent les attitudes (ainsi, l’équipement et les gestes du fidèle, â l’office) et d’un examen des opinions et sentiments de chaque groupe et sous-groupe.Google Scholar
  28. 28.
    Des statistiques semi-officielles ont attribué au catholicisme 416 millions de fidèles. Y a-t-il 400 millions de baptisés, 300 millions de conformistes saisonniers, 100 millions d’observants réguliers, 40 millions de dévots assidus? Après avoir parcouru des terres assignées au bouddhisme et â l’Islam, nous avons posé des points d’interrogation analogues.Google Scholar
  29. 29.
    De nombreuses enquêtes ont eu pour objet la mesure de la foi (qui cimente la société religieuse). Menées avec sérieux, par des hommes d’expérience, elles nous paraissent, en général, trop brèves. L’emploi même des techniques, si simple qu’il paraisse, n’est pas â la portée des non-techniciens. Un illettré comprendra l’échelle de Likert mais seul un professionel établira le score définitif de chaque sujet.Google Scholar
  30. 30.
    Que l’on se rappelle l’hostilité â l’égard de Durkheim.Aujourd’hui la sociologie religieuse ne rencontre guère d’opposants systématiques. Et tous les sociologues reconnaissent le grand ser- vice rendu par Durkheim. Google Scholar
  31. 31.
    Problème aigu dans une fraction vivante du catholicisme, surtout en France. Il est provisoirement résolu en d’autres sociétés religieuses par le nationalisme.Google Scholar
  32. 32.
    Les partages de l’Inde, la formation de la Ligue arabe ont subitement affirmé la puissance prodigieuse des sociétés religieuses même quand la religion a perdu de sa force intime.Google Scholar
  33. 33.
    A. Siegfried a inauguré l’étude scientifique de ce rapport, qui retient aujourd’hui l’attention d’un bon nombre de chercheurs.Google Scholar
  34. 34.
    Etudes sur religion et famille (E. Rutherford Groves, E. Baber Ray) sur la fécondité des ménages catholiques (Stou ffer, Coogan, Thomas). Google Scholar
  35. 35.
    Kincheloe, Pope.Google Scholar
  36. 36.
    Cette préoccupation naturelle des clercs et des militants laies se traduit en institutions dans l’Office que dirige â la Haye le professeur Zeeghers. Dans mon article récent de Lumen Vitae,j’ai réuni en un groupe homogène les œuvres scientifiques inspirées par un souci d’apostolat.Google Scholar
  37. 37.
    Voyez les ouvrages, à la fois critiques et apostoliques, libres et respectueux, du chan. Boulard et du R. P. Congar. Google Scholar
  38. 38.
    Gusdorf. Google Scholar
  39. 39.
    Nous espérons qu’un groupe d’études achèvera bientôt de se former pour la statistique et la cartographie des grandes religions. Des prospections sont commencées dans les pays bouddhiques et islamiques.Google Scholar
  40. 40.
    Ce vœu sera développé dans une Initiation chronologique et sociologique â l’étude du droit (sous presse).Google Scholar

Copyright information

© Springer Fachmedien Wiesbaden 1951

Authors and Affiliations

  • Gabriel Le Bras

There are no affiliations available

Personalised recommendations