Advertisement

Concept de «sein àrisque» un nouvel art divinatoire?

Abstrait

Notre-Dame de la Santé perpétuelle, 1997, par Gwen Thoele (fig. 1). C’est un portrait de femme. Avec la douceur de son visage, son auréole et le bleu marial de sa toge, on dirait une Vierge à l’Enfant d’un peintre médiéval. Sauf que Jésus n’est pas figuré et que cette femme possède de curieux attributs. En pendentif autour de son cou, elle porte un brocoli, objet inattendu. De sa main gauche, émerge une banane et elle contemple avec ferveur ce fruit des Tropiques. Le tout baigne dans une atmosphère de paix et sérénité.

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Références

  1. 2.
    La Fontaine J de (1668–1694), «Le Loup et l’Agneau», Fables.Google Scholar
  2. 3.
    Zorn F (1979) Mars. Paris, Gallimard.Google Scholar
  3. 4.
    Molière (1666) Le médecin malgré lui, II, 2.Google Scholar
  4. 5.
    Polman J (1635) Le chancre ou couvre-sein féminin. Paris, BNF.Google Scholar
  5. 6.
    Robert LJM (1812) L’art de prévenir le cancer au sein. Marseille, Chez Jean Mossy.Google Scholar
  6. 7.
    Velpeau ALM (1854) Traité des maladies du sein. Paris, Masson.Google Scholar
  7. 8.
    Rabelais (1533) Pantagruélique pronostication, certaine, véritable et infaillible pour l’an perpétuel.Google Scholar
  8. 9.
    Sénèque (1er siècle apr. J.-C.) Lettres à Lucilius, XII.Google Scholar
  9. 10.
    Ronsard P (1578) «Quand vous serez bien vieille», Sonnets pour Hélène.Google Scholar
  10. 11.
    Groult B (1977) Le féminisme au masculin. Paris, Denoël.Google Scholar

Copyright information

© Springer-Verlag France, Paris 2009

Personalised recommendations