Advertisement

Verhandlungen pp 677-686 | Cite as

Quelques aspects du développement de la métallographie électronique

  • L. Habraken
  • T. Greday
  • P. Cuvelier

Résumé

De nombreuses méthodes nouvelles d’étude physique ont contribué efficacement, au cours des derniè;res années, au développement de nos connaissances des propriétés des mé;taux. Parmi celles-ci, la microscopie électronique occupe actuellement une place importante. Cependant, son application à l’examen des métaux n’a initialement pu progresser que laborieusement par suite des difficultés rencontrées dans la préparation des objets. Depuis la 3e Conférence Internationale de Microscopie Electronique qui a tenu ses assises à Londres en 1954, nous avons, dans ce domaine, assisté à; une évolution particulièrement rapide (1). En effet, alors qu’à ce Congrès, vingt-cinq conférences intéressaient la métallographie électronique (techniques de préparation et applications), par contre en 1958, nous relevons dans le programme du 4e Congrès International, plus de soixante communications consacrées au même sujet. Ce développement spectaculaire de la métallographie électronique est dû, pensons-nous, à la mise au point de nouvelles techniques d’observation qui accroissent particulièrement le champ d’application du microscope électronique pour l’étude de la physique du métal. C’est en effet, surtout depuis 1954, que nous assistons par exemple à une généralisation de l’emploi des empreintes à résolution élevée (empreinte au carbone) et des empreintes d’extraction permettant l’étude des précipités. En outre, depuis peu, la possibilité de préparer des lames minces métalliques permettant l’observation directe de nombreux métaux, autorise le développement de nouvelles recherches directes sur la distribution et la formation des imperfections cristallines, les mécanismes de déformation, etc...

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Bibliographie

  1. 1.
    Proc. Int. Conf. on Electron Microscopy. London 1954 — Royal Microscopical Society. London 1956.Google Scholar
  2. 2.
    AUST, K. T., and C. G. DUNN: J. of Metals 1957, 472Google Scholar
  3. 3.
    GUARD, R. W.: Creep and Recovery. A.S.M. Book, p. 251, 1957.Google Scholar
  4. 4.
    Vogel, F. L. Jr.: J. of Metals 1956, 946.Google Scholar
  5. 5.
    Gilman, J. J.: J. of Metals 1956, 998.Google Scholar
  6. 6.
    Habraken, L., et P. CUVELIER: Métaux, Corrosion, Industries no. 367, p. 105 (1956).Google Scholar
  7. 7.
    Heidenreich, R. D.: J. appl. Physics 20, 993 (1949).ADSCrossRefzbMATHGoogle Scholar
  8. 8.
    ToMLlxsox, H. M.: Philosophic. Mag. 3, 867 (1958).ADSCrossRefGoogle Scholar
  9. 9.
    Habraken, L.: La Métallographie électronique. Liège: Ed. Vaillant-Carmanne 1953.Google Scholar
  10. 10.
    C. R. IRSIA — no. 19, novembre 1957.Google Scholar
  11. 11.
    KRISEMENT, 0., u. F. WEVER: Arch. Eisenhüttenwes. 25, 489 (1954).Google Scholar

Copyright information

© Springer-Verlag Berlin Heidelberg 1960

Authors and Affiliations

  • L. Habraken
    • 1
  • T. Greday
    • 1
  • P. Cuvelier
    • 1
  1. 1.Laboratoires du C.N.R.MLiègeBelgique

Personalised recommendations