Advertisement

Annales Des Télécommunications

, Volume 62, Issue 11–12, pp 1192–1206 | Cite as

Quand les objets deviennent communicants La mise en confiance des acteurs humains et la question des traces numériques

  • Emmanuel Kessous
Article

Résumé

«L’Internet des objets» promet un second souffle à la société de l’information. Néanmoins la perte de contrôle sur la communication d’informations concernant les personnes est problématique et largement critiquée. La «promesse» de progrès social que contiennent les nouveaux services reposant sur la communication entre machines a pour corollaire l’imaginaire le plus effrayant, celui d’un espace totalitaire où les rapports anonymes n’ont plus leurs places, où les différentes facettes de l’identité numérique des personnes sont stockées de parts et autres par les agents de la puissance publique et ceux du marché. C’est donc la question de la gestion des traces numériques que nous voudrions traiter dans cet article de nature exploratoire. Notre hypothèse est que la critique portant sur l’État policier ou des nouvelles formes d’aliénation économique s’exerce à un niveau de généralité beaucoup trop élevé. Elle empêche de voir ce qui pose problème dans cette profusion en tout genre de traçabilité qui relève pour nous d’une crise de confiance (au sens de Giddens) des individus dans le mode de production des télécommunications, révélatrice d’un déficit de normalisation. Vue sous cet angle, la question de la profusion des traces et de leur gestion dépasse le problème du contrôle social pour englober également celui de la responsabilité et des modalités de la preuve, notamment en cas de défaillance du dispositif.

Mots clés

Sociologie Vie privée Traçabilité Communication entre machines Opinion publique. 

When objects communicate gaining the trust of human actors and exploring the issue of digital tracking

Abstract

The “Internet of things” is likely to give a second breath to the information society. However, the loss of control over personal information is both problematical and widely criticized. The “promise” of a better society offered by new services based on communication between machines carries with it frightening corollaries: it evokes a totalitarian space, where anonymous exchanges are no longer possible and the various traits of people’s digital identities are stored by agents of public and business powers. It is thus the management of digital tracking technologies that we wish to explore in this publication. Our hypothesis is that current criticism of a police state or of new forms of economic alienation is taking place at far too general a level. It obscures the real problem with the profusion of tracking methods, which for us reveals a crisis of confidence (as Giddens means it), at the individual level, in the means of production of telecommunications, which is the result of a deficit in the standardization process. From this perspective, the issue of the profusion of tracing technologies and their management transcends the issue of social control to encompass that of social responsibility and of modalities of proofs when the system fails.

Key words

Sociology Private life Traceability Machine to machine communication Public opinion. 

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Bibliographie

  1. [1]
    Ewald F., L’État providence. Paris, Grasset, 1986.Google Scholar
  2. [2]
    Foucault M., Surveiller et punir. Naissance de la prison. Paris, Gallimard, 1975.Google Scholar
  3. [3]
    Giddens A., Les conséquences de la modernité. Paris, L’harmattan, 1994.Google Scholar
  4. [4]
    Goffman E., La mise en scène de la vie quotidienne. La présentation de soi. Éditions de Minuit, Paris, 1973.Google Scholar
  5. [5]
    Kessous E., Le marché et la sécurité. La prévention des risques et la normalisation des qualités dans le marché unique européen. Paris, Thèse de doctorat, EHESS: 585, 1997.Google Scholar
  6. [6]
    Kessous E., Mallard A., «Les appuis conventionnels du télémarketing; ou comment mettre en œuvre le calcul économique au téléphone» in Eymard-Duvernay F. et Favereau O. eds, Conventions et Institutions: approfondissements théoriques et débat politique. Paris, La découverte, 2005.Google Scholar
  7. [7]
    Licoppe C., «Sociabilité et technologies de communication», Réseaux (112-113): 171–210, 2002.Google Scholar
  8. [8]
    Livet P., La communauté virtuelle, action et communication. Combas, édition de L’éclat, 1994.Google Scholar
  9. [9]
    Luhmann N., «Confiance et familiarité. Problèmes et alternatives», Réseaux (108): 94–107, 2001. Traduction de Familiarity, confidence, trust: problems and alternatives in Diego Gambetta (ed.), Trust, making and breaking cooperative relations. Oxford, Basil Blakwell, p. 94-107 par L. Quéré.Google Scholar
  10. [10]
    Luhmann N., «La confiance. Un mécanisme de réduction de la complexité sociale». Paris, Economica, 2006. Traduction de Vertrauen. Ein Mechanismus der Reduktion Sozialer Komplexität. 1968Google Scholar
  11. [11]
    Thévenot L., L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement. Paris, La découverte, 2006.Google Scholar
  12. [12]
    Vulliet-Tavernier S., «Après la loi du 6 août 2004: nouvelle loi «informatique et libertés», nouvelle CNIL?» Droit Social (12): 1055–1065, 2004.Google Scholar
  13. [13]
    Williamson O., “Calculativeness, trust, and economic organization”, Journal of law and economics, avril, vol. XXXVI, 1993.Google Scholar

Copyright information

© Institut Telecom / Springer-Verlag France 2007

Authors and Affiliations

  • Emmanuel Kessous
    • 1
  1. 1.Laboratoire SENSE, France Télécomdivision Recherche et Développement — 38-40Issy les Moulineaux Cedex 9France

Personalised recommendations