Advertisement

Fluothane in obstetrical anaesthesia

  • C. A. Sheridan
  • J. G. Robson
Article

Summary

Between 1956 and 1959, in the Royal Victoria Hospital, Montreal, 1,601 vaginal deliveries have been managed with nitrous oxide, oxygen, and Fluothane anaesthesia.

An attempt has been made to assess the condition of the babies and the uterine tone of mothers receiving this anaesthetic in comparison with a control group. The results show that provided that anaesthesia is maintained in a very light plane, no undue depression of respiration in the ba Dies or of uterine tone in the mothers need be expected.

The place of Fluothane in obstetrical anaesthesia has been discussed.

Keywords

Nitrous Oxide Cyclopropane CANADIAN Anaesthetist Royal Victoria Hospital Fluothane 
These keywords were added by machine and not by the authors. This process is experimental and the keywords may be updated as the learning algorithm improves.

Résumé

Les tables IV, V et VI nous montrent les résultats de ľadjonction de Fluothane au protoxide ďazote et oxygéne au cours de ľanesthésie en obstétrique pour ľaccouchement vagmal. Ces tables permettent de faire une camparaison concernant les bébés et le tonus utérin entre le Fluothane et tous les autres anesthésiques donnés comme témoins.

Nous avons partagé les bébés en quatre groupes:

A. Ľenfant respire et cne en deçà ďune minute et continue à ce faire tout comme un enfant normal devrait le faire

B. Un bon état mais non excellent, en deçà de 5 minutes, il récupàre assez pour entrer dans le groupe A

C. Etat passable à mauvais avec une légàre anoxie, il court acorès son souffle et sa peau est b_eutée, il répond aux traitements de resuscitation act_ve au point que, en deçà de 30 minutes, il est en bon état

D. ľétat est alarmant avec anoxie sévère et collapsus, il n’y a pas de respiration spontanée, la peau est pâle et moite, une atonie musculaire existe, le coeur bat faiblement et irréguliérement, il ne répond que lentement à une resuscitation active et, après 30 minutes, on ne peut pas encore dire que ľétat est bon

E. Mort-né

Nous n’avons pas réussi à identifier ľauteur de cette classification. Le groupe A équivaut ďassez près à la classification ďApgar 8, 9 et 10. Le groupe B aux classes 5, 6 et 7 et le groupe C aux 3 et 4 Le groupe D équivaut aux classes O, 1 et 2.

Le tonus utérin a été apprécié et partagé en trois groupes: (i) tonus utérin normal dans le troisième stage, (ii) tout autre que le groupe 1 et 3, (iii) hémor-ragie post-partum réelle (perte ďau-delà de 500 cc. de sang)

Même au risque de produire une mauvaise contraction utérine au cours du troisième stage de ľaccouchement, nous allons essayer ďexpliquer pourquoi la plupart des anesthésistes du groupe emploient le Fluo thane.

Le protoxide ďazqte, oxygène et le trichForethylène, et le cyclopropane avec oxygène sont les anesthésiques par inhalation le plus fréquemment employés dans notre unité obstétricale de sorte qu’il devient facile de faire une comparaison avec ces procédés. Lorsque le Fluothane est employé avec le protoxide ďazote et ľoxygène, ľinduction est très rapide et une telle profondeur ďanesthésie est atteinte qu’il serait possible ďappliquer un forceps. Si, au cours de ľaccouchement, on a besom de relâchement musculaire, on peut ľobtenir en quelques respirations. C’est étonnant comme il existe peu de mouvements réflexes à la suite des manipulations même si la malade est sous anesthésie très légère Ce genre de mouvements est typique au cours de ľanesthésie au tnchlorethylène qui s’avère impuissant à les prévemr. Au cours des manipulations, il arrive ďobserver du stridor, mais nous n’avons pas été témoms des laryngospasmes. Cela fait contraste avec ľanesthésie au cyclopropane au cours de aquelle il survient souvent des laryngospasmes importants si ľon tente de faire des manipulations avant ďavoir attemt un plan ďanesthésie chirurgicale. Nous n’observons pas ďaugmentatipn des sécrétions sahvaires ou bronchiques et il existe si peu de menaces de vomissements que ľon peut varier la profondeur de ľanesthésie du plan requis pour un forceps ou une manipulation intra-utérine au retour à la conscience ce qui permet, s’ll est nécessaire, de prodiguer des soins à ľenfant. Chez la plupart des malades, nous nous demandons si nous produisons une anesthesie chirurgicale complète avec le Fluothane, toutefois nous atteignons un plan ďanalgésie et ďamnésie complètes ďoù les malades sortent sans vomir, dans lequel ils gardent des réflexes protecteurs contre les régurgitations et qui permet la plupart des manipulations en obstétrique. La parallèle le plus rap-proché possible ayec cet état est ľanesthésie au protoxide ďazote et oxygène complétée avec de la mépéridine au cours de ľanesthésie chirurgicale. Si ľon pouvait éviter la dépression respiratoire qui survient avec de grosses doses de meperidine, cela serait presque ľassociation idéale pour ľanesthésie obstétricale.

En somme, la Fluothane et le protoxide ďazote et ľoxygène forme un mélange anesthésique facile à contrôler pour les accouchements. II est préférable de ľemployer aux plus faibles concentrations possibles et pour le mo_ns longtemps possible. Une anesthésie chirurgicale complète avec ce mélange va produire une atonie utérine marquée.

References

  1. 1.
    Robson, J. G., &Sheridan, C. A. Preliminary Investigation with Fluothane. Anesth. & Analg.36. 62–72 (1957)CrossRefGoogle Scholar
  2. 2.
    Embrey, M. P., Garrett, W. J., &Pryer, D. L. The Inhibitory Action of Halothane on the Contractility of the Human Pregnant Uterus. Lancet. ii: 1093–1094 (1958).CrossRefGoogle Scholar
  3. 3.
    Albert, C., Anderson, G., Wallace, W., Henley, E. E., Winshel, A. W., &Albert, S. N. Fluothane for Obstetrical. Anaesthesia. J. Obst. & Gynae.13. 282–284 (1959).Google Scholar
  4. 4.
    Dixon, G. D., &Matheson, D.I. Fluothane and Other Non-explosive Halogenated Hydrocarbons in Clinical Anaesthesia. Canad. M.A.79 365–370 (1958).Google Scholar
  5. 5.
    Robson, J. G., &Welt, P. The Estimation of Fluothane in Blood. Canad. Anaesth Soc. J.4: 385–393 (1957).Google Scholar
  6. 6.
    Smith, C. A., &Barker, R. H. Ether in the Blood of the Newborn Infant. A Quantitative Study. Am J. Obst. Gynae.43: 763–774 (1942).Google Scholar
  7. 7.
    Apgar, V., Duncan, A. H., James, L. S., Prince, C. E., Weisbrot, I. M., &Weis, I. Comparison of Regional and General Anaesthesia in Obstetrics with Special Reference to Transmission of Cyclopropane across the Placenta. J.A.M A.165: 2155–2160 (1957).Google Scholar
  8. 8.
    Apgar, V.;Holaday, D. A., James, L. S., Weisbrot, I. M., &Berrien, C. The Evaluation of the Newborn Infant Second Report. J.A. M. A.168: 1985–1988 (1958).Google Scholar

Copyright information

© Canadian Anesthesiologists 1959

Authors and Affiliations

  • C. A. Sheridan
  • J. G. Robson

There are no affiliations available

Personalised recommendations