Advertisement

Largactil in anaesthesia

  • S. L. Vandewater
  • R. A. Gordon
Article

Summary

This report has dealt with observations made on the use of Largactil in 144 patients undergoing major surgical operations. Its action as a preoperative sedative drug and in the potentiation of action of anaesthetic agents and relaxants during operation has been described. The effect on the postoperative period has been discussed, and data relevant to the complications encountered in its use have been given. Some laboratory investigations relating to its effect on the physiological responses to stress are tabulated.

Keywords

Thiopentone Phenergan Gallamine Hexamethonium Urine Steroid 
These keywords were added by machine and not by the authors. This process is experimental and the keywords may be updated as the learning algorithm improves.

Résumé

Les auteurs ont rapporté des observations faites au sujet du Largactil en anesthésie dans 104 cas de patients subissant des procédés chirurgicaux majeurs. On a découvert que la drogue augmentait ’action des anesthétiques et des sédatifs. Lorsqu’elle est administrée seule, elle a causé de la tachycardie et de ’hypotension chez la plupart des patients. Ces effets ont été réduits lorsque la drogue a été employée en association avec le Phenergan en quantités égales. Dans le plus grand nombre de cas, on a estimé c ue la perte de sang était réduite, cette réduction de saignée étant attribuable à l’nypotension.

Durant la période post-opératoire un réveil retardé devient une observation commune, en particulier lorsque le cyclopropane ou ’éther constitue ’agent anesthésique principal. Une dépression moindre et une evolution post-opératoire plus égal ont été observés lorsque le Largactil (avec ou sans Phenergan) a été combiné à une petite dose de Thiopentone, de Démerol ou de Protoxyde ’Azote. La nécessité du sédatif après ’opération a été réduite et les sédatifs lorsqu’on a dû y avoir recours ont été nécessairement administrés soigneusement et en doses considérablement réduites afin ’éviter la dépression respiratoire et la toux réflexe. Les vomissements après ’opération ont été rares. La rétention ’urine après ’opération a été fréquemment observée.

La mesure avant et après ’opération ’excrétion urinaire stéroide et la réponse éosinophile dans un petit nombre de patients n’ont pas démontré une altération appréciable des réponses pituitaires-àdrénaline au « stress ».

References

  1. 1.
    Laborit, H. & Huguenard, P. L’hibernation artificielle par moyens pharmacodynamiques et physiques. Presse méd., 13 octobre, 1951.Google Scholar
  2. 2.
    Cannon, W. B. The Autonomic Nervous System: An Interpretation. Lancet1:1109 (1930).Google Scholar
  3. 3.
    Laborit, H, Huguenard, P, & Allaume, R. Un nouveau stabilisateur neuro-végétatif, le 4560 R.P. Presse méd, 13 février, 1952.Google Scholar
  4. 4.
    Boyd, E. M., Boyd, C. E, &Cassell, W. A, The Antemetic Action of Chlorpromazine Hydrochloride. C.M A.J.70 276 (1954).Google Scholar
  5. 5.
    Hudon, Fernando & Jacques, André. Artificial Hibernation Proc. Canad. Anaesth. Soc. (1953).Google Scholar
  6. 6.
    Gordon, R. A., Vandewater, S L, Sleath, G. E., &Caplin, D. A Study of the Value of Dimenhydrinate and Promethazme Hydiochlonde in the Control of Post-Anaesthetic Vomiting Canad. Anaesth. Soc J.1 95 (1954).CrossRefGoogle Scholar

Copyright information

© Canadian Anesthesiologists 1955

Authors and Affiliations

  • S. L. Vandewater
    • 1
  • R. A. Gordon
    • 1
  1. 1.Department of AnaesthesiaUniversity of Toronto, and the Toronto General HospitalUSA

Personalised recommendations