Advertisement

Douleur et Analgésie

, Volume 10, Issue 3, pp 109–113 | Cite as

Douleur et touture: la fracturation de soi

  • David Le Breton
Article

Résumé

La torture est un événement traumatique dont la victime peine à se remettre. Temps plein de la pratique de la cruauté et vécu de l’horreur absolue pour la victime. Les conséquences morales et physiques de la torture sont terribles. Les soins apportés aux survivants impliquent une grande attention, ils relèvent d’une médecine de la singularité souffrante, ils imposent souvent un aménagement de leur mise en œuvre pour veiller à toujours prendre ens complte l’homme lui-même.

Summary

Torture is a traumatic event and difficult to get over for the victim. Plenty time of cruelty, and living of absolute horror for the victim. Physical and psychic effects of torture are terrible. Care given to the survival implies attention, it belongs to a medicine of the suffering singularity of the person. It compels a fitting up of the setting in order to take care of the man himself.

Key words

Torture traumatism identity pain suffering care 

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Bibliographie

  1. 1.
    Vidal-Naquet P.:La torture dans la république, Paris, Minuit, p. 13, 1972.Google Scholar
  2. 2.
    Le Breton D:Des visages. Essai d’anthropologie, Paris, Métailié, 1993.Google Scholar
  3. 3.
    Maren et Marcello Vinar Exil et torture, Paris, Denoël, 1989, p. 50. (Voir aussi des mêmes auteurs La torture: meurtre du symbole,Lignes, no 26, 1995.Google Scholar
  4. 4.
    Scarry, E.:The body in pain, Oxford, Oxford University Press, p. 48, 1985.Google Scholar
  5. 5.
    Amnesty International:La torture, Paris, Seuil, p. 33, 1984.Google Scholar
  6. 6.
    London A:L’aveu. Dans l’engrenage du procès de Prague, Paris, Gallimard, p. 112, 1968.Google Scholar
  7. 7.
    Cf. le dossier de Amnesty Internationals,Médecins tortionnaires, médecins résistants, Paris, La Découverte, 1989.Google Scholar
  8. 8.
    Amnesty International:La torture op. cit., p. 34–35, 1984.Google Scholar
  9. 9.
    Maren et Marcello Vinar:Op. cit., p. 63.Google Scholar
  10. 10.
    André Jacques cite un autre témoignage, celui d’un jeune journaliste du Burundi, Déo Hakizimana, lui aussi torturé: «Dans mes rêves de chapue jour, le me voyais toujours debout en train de sortir du cachot, pour alter participer à une vaste campagne contre les arrestations arbitraires et les mauvais traitements. Je me voyais toujours en train d’échafauder des plans de lutte pour la liberté d’opinion et d’information» (A. Jacques,L’interdit, ou la torture en procès, Paris, Cerf, p. 73 sq, 1994).Google Scholar
  11. 11.
    Cité in A. Jacques,ibidem ), p. 65.Google Scholar
  12. 12.
    Allodi F. et al.: Physical and psychiatric effects of torture: two medical studies, in E. Stover, E. O. Nightingale (eds),The breaking of bodies and minds, New-York, Freeman, 1985, pp. 58–78; L. Jacobsen, P. Vesti,Les survivants de la torture, un nouveau groupe de patients, IRCT, Copenhagen, 1993, p. 19 sq.; F. Fanon,Les damnés de la terre, Paris Maspero, 1961, p. 193 sq. L. Bailly, H. Jaffé, A. Pagella, Séquelles psychologiques de la torture: peut-on parler de psychose traumatique?Nervures, no 9, 1989. Une approche plus générale autour des victimes de violences dans Carole Damiani,Les victimes. Violences publiques et crimés privés, Paris, Bayard, 1997.Google Scholar
  13. 13.
    Cité in E. Stover, E. O. NightingaleThe breaking..., op. cit., p. 76.Google Scholar
  14. 14.
    Dans son ouvrage André Jacques évoque quelqu’un qui lui parle, les larmes aux yeux, de la souffrance subie, et s’en étonne soudain: «Pourtant, sous la torture—elle a duré un mois et m’a menée au seuil de la mort —, je n’ai jamais pleuré devant les boureaux. C’était comme si la dignité de l’humanité toute entière s’exprimait par moi, dans mon attitude. J’avais décidé une fois pour toutes: plutôt mourir que de parler, de signer leur papier, de céder» (A. Jacquesop. cit., p. 28.Google Scholar
  15. 15.
    De manière générale dans l’expérience de la douleur la question du sens est toujours essentielle, elle conditione même largement l’intensité du ressenti, cf David Le Breton,Anthropologie de la douleur, Paris, Métailié, 1995.Google Scholar
  16. 16.
    Lesetting de la psychothérapie est particulier, voir par exemple Françoise Sironi, Traumatisme intentionnel et psychothérapie,Le Journal des Psychologues, n0 144, 1997: Une pratique sous influence: psychothérapie avec les victimes de torture,Nouvelle Revue d’Ethnopsychiatrie, n0 22–23, 1993; L. Jacobsen, P. Vesti,Les survivants de la torture, op. cit. un nouveau groupe de patients, IRCT, Copenhagen, 1993, p. 31 sq. M. et M. Vinar,op. cit., Exil et torture, Paris, Denoël, 1989 p. 157 sq. Ces derniers auteurs notent que «La fierté d’avoir gardé le secret ou la honte de n’avoir pu le faire sont au coeur du conflit et de l’interaction entre un niveau psychique et un autre transindividuel, groupal. C’est un axe qui organise la dignité et l’indignité: j’ai pu tenir plus que l’ennemi ou celui-ci a fait de moi son esclave» (p. 168).Google Scholar
  17. 17.
    Nombre de survivants s’engagent ensuite activement dans des campagnes pour les droits de l’homme et la lutte contre la torture. L’indifférence sociale est la pire des choses à leurs yeux. L’arrestation et la punition des coupables, si elle est possible, est une source de réconfort, de restauration.Google Scholar

Copyright information

© Springer-Verlag 1997

Authors and Affiliations

  • David Le Breton
    • 1
  1. 1.Faculté des Sciences Socialesà l’unversité des sciences humaines de Strasbourg IIStrasbourg, Cedex

Personalised recommendations