Advertisement

A study of diazepam (valiumê) for induction of anaesthesia

  • Gordon M. Wyant
  • Lavern J. Studney
Article

Summary and Conclusions

Different dose ranges of diazepam have been studied in women as to their suitability or otherwise for the purpose of induction of general anaesthesia, and they have been compared with thiopental under standardized conditions. On the basis of our findings it would appear that diazepam is indeed a satisfactory induction agent and because of the minimal effects which it exerts on circulation might be recommended in patients in whom it is advisable to avoid the circulatory depression and tachycardia which so often follows the injection of thiopental, or in those who in the past have demonstrated sensitivity to or intolerance of barbiturates. The state produced by diazepam cannot be compared with thiopental narcosis in that it comes on somewhat more gradually and induces a state of quiescence, unresponsiveness, and amnesia in which the subsequent inhalation agents are accepted readily. Indeed this state of stupor is frequently preceded by a feeling of elation, and general well-being, and by slurring of speech and loquaciousness; these are not seen with thiopental. The only major complication attributable to diazepam itself was the high incidence of burning on injection and of venous thrombosis which followed injection of the drug into the smaller peripheral veins of the upper extremity. However, this complication can be prevented entirely by selecting larger veins such as those in the antecubital fossa.

Keywords

Diazepam Halothane Status Epilepticus Thiopental Thiopentone 
These keywords were added by machine and not by the authors. This process is experimental and the keywords may be updated as the learning algorithm improves.

Résumé

Cette étude a pour but ďévaluer le diazépam comme agent ďinduction à ľanesthésie générale. On ľa comparé à doses variables avec le thiopentone chez 200 femmes soumises à des interventions gynécologiques vaginales. On les a partagées en quatre groupes de 50 chacun. Le premier groupe a reçu comme prémédication 0.6 mg ďatropine par voie intraveineuse et pour ľinduction 2.5 mg/kg de thiopentane à 2.5 pour cent. Le deuxième groupe à reçu la même prémédication mais pour ľinduction on a utilisé 0.3 mg/kg de diazëpam. Pour le troisième groupe, même prémédication mais la dose de diazépam a été augmentée à 0.45 mg/kg. Quant au quatrième groupe, il a reçu en prémédication 0.1 mg/kg de diazépam par voie intraveineuse suivi de 0.3 mg/kg aussi de diazépam pour ľinduction. On a continué ľanesthésie au protoxyde ďazote-halothane à 0.5 pour cent en autant que cette dose a été suffisante. Les résultats ont été soumis à une analyse statistique.

Il a été établi que les quatre groupes étaient comparables du point de vue age, taille, poids, surface corporelle et état physique. La durée de ľanesthésie et de ľopération de même que le temps écoulé de ľinduction de ľanesthésie au début de ľopération n’ont pas été influencés par le genre ou la dose de la prémédication ou de ľagent ďinduction. Cependant si ľon analyse le temps écoulé à partir de la fin de ľanesthésie jusqu’au moment des premières réactions et du réveil, il devient évident que ce temps est plus long, et de façon notable, chez des malades ayant reçu atropine et diazépam à 0.45 mg/kg.

A cause des faibles doses de thiopentone dans le groupe 1 et de diazépam dans le groupe 2, ces deux groupes ont présenté le plus grand nombre ďanesthésies insuffisantes nécessitant les plus fréquentes administrations ďhalothane au-delà de 0.5 pour cent. Le groupe ayant reçu du thiopentone a présenté le plus fréquemment, malgré les faibles doses utilisés, de ľhypotension et de la tachycardie après ľinduction, mais en aucun cas les troubles circulatoires n’ont été sérieux. Il y eut peu de complications postopératoires sauf des thromboses veineuses lorsque ľinjection était pratiquée dans une veine dorsale de la main.

En conclusion, le diazépam est un agent convenable pour ľinduction de ľanesthésie, mais il est utile surtout lorsque le thiopentone est contre indiqué pour une raison ou pour une autre.

References

  1. 1.
    Van Loon, G. R. Ventricular Arrhythmias Treated by Diazepam. C.M.A.J.98: 785 (1968).Google Scholar
  2. 2.
    McClish, A. Diazepam as an Intravenous Induction Agent for General Anaesthesia. Canad. Anaesth. Soc. J.13: 562 (1966).CrossRefGoogle Scholar
  3. 3.
    Fox, G. S.;Wynands, J. E.; &Bhambhami, M. A Clinical Comparison of Diazepam and Thiopentone as Induction Agents to General Anaesthesia. Canad. Anaesth. Soc. J.15: 281 (1968).CrossRefGoogle Scholar
  4. 4.
    Baker, A. B. Induction of Anaesthesia with Diazepam. Anaesthesia.24: 388 (1969).PubMedCrossRefGoogle Scholar

Copyright information

© Canadian Anesthesiologists 1970

Authors and Affiliations

  • Gordon M. Wyant
    • 1
  • Lavern J. Studney
    • 1
  1. 1.Department of AnaesthesiaUniversity of Saskatchewan, University HospitalSaskatoonSaskatchewan

Personalised recommendations