Advertisement

Analgesia for surgical procedures performed on conscious patients

  • Ronald R. Tasker
  • Brian M. Marshall
Article

Summary

A modified neuroleptanalgesia technique, obviating endotracheal intubation, using haloperidol or droperidol and phenoperidine, is described. With this technique 80 per cent of patients undergoing stereotactic procedures showed striking analgesia, while fewer than 10 per cent developed sedation severe enough to interfere with the operation. Factors affecting analgesia and sedation were examined, and side-effects studied.

Keywords

Haloperidol Respiratory Depression Droperidol Nous Avons Toronto General Hospital 
These keywords were added by machine and not by the authors. This process is experimental and the keywords may be updated as the learning algorithm improves.

RéSUMé

Certaines interventions chirurgicales telles que la stéréo-encéphalotomie, qui requièrent la collaboration du malade, peuvent être très désagréables malgré l’anesthésie locale. Pour obvier à cet inconvénient, nous avons adopté une technique de neuroleptanalgésie modifiée; cette technique consiste à donner assez de narcotique pour compléter l’analgésie sans produire une dépression respiratoire suffisante pour motiver l’intubation endotrachéale. On a utilisé l’halopéridol ou le dropéridol, avec phénopéridine, pour 14 artériographies carotidiennes consécutives et pour 53 interventions stéréotactiques consécutives; cette technique a été appliquée à des malades d’âge et d’incapacité très variés. Après les premières expériences, nous avons adopté le dosage décrit dans le tableau II.

Aves ce dosage, la moitié des malades a bénéficié d’une excellente analgésie, et un quart a bénéficié d’une bonne analgésie. Une sédation idéale (le malade qui sommeille si on ne le questionne pas et qui coopère lorsqu’on le lui demande) a été obtenue chez 25 pour cent des malades; l’autre 25 pour cent a bénéficié d’une sédation bonne mais moins profonde. La plupart des malades ont presque tout oublié de l’intervention.

Quatre malades seulement ont eu une sédation trop prononcée. La dépression respiratoire, plus marquée chez lés malades âgés, n’a jamais constitué un problème sérieux. Cependant, on pouvait la diminuer en administrant la phénopéridine à doses fractionnées, sans que le degré d’analgésie en soit affecté. Nous n’avons pas eu d’autres inconvénients importants.

References

  1. 1.
    De Castro, J., &Mundeleer, P. Anesthésie sans barbituriques. La neuroleptanalgésie. Anesth. & Analg.16: 1022 (1959).Google Scholar
  2. 2.
    Nilsson, E., &Janssen, P. Neurolept-analgesia—An Alternative to General Anaesthesia. Acta Anaesth. Scandinav.5: 73–84 (1961).CrossRefGoogle Scholar
  3. 3.
    Janssen, P. A. J. A Review of the Chemical Features Associated with Strong Morpphinelike Activity. Brit J. Anaesth.34: 260–268 (1962).PubMedCrossRefGoogle Scholar

Copyright information

© Canadian Anesthesiologists 1965

Authors and Affiliations

  • Ronald R. Tasker
    • 1
    • 2
    • 3
    • 4
  • Brian M. Marshall
    • 1
    • 2
    • 3
    • 4
  1. 1.Department of SurgeryUniversity of TorontoCanada
  2. 2.Division of NeurosurgeryToronto General HospitalCanada
  3. 3.Neurosurgical UnitSunnybrook HospitalCanada
  4. 4.Department of AnaesthesiaUniversity of Toronto and Toronto General HospitalCanada

Personalised recommendations