Advertisement

Annales des Télécommunications

, Volume 28, Issue 3–4, pp 123–129 | Cite as

Élaboration d’un indice de ressemblance entre deux chaines, de longueur finie, quelconques

Application a la reconnaissance de la parole: Reconnaissance de mots isolés a l’aide d’un dictionnaire
  • Roland Vivès
Article
  • 21 Downloads

Résumé

Certains systèmes de reconnaissance automatique de la parole fonctionnent selon le principe suivant: le code acoustique continu est segmenté en unités élémentaires successives, telles que phonèmes ou syllabes. La suite ainsi produite s’écarte sensiblement de la suite idéale: certains éléments sont en trop, d’autres en moins ou erronés. Sa forme est parfois compliquée par des réponses multiples accompagnées de leur degré de confiance. Cette forme est comparée aux mots références d’un dictionnaire et identifiée à celui qui a la plus grande ressemblance. L’indice de ressemblance, que nous proposons, est calculé à partir de l’extraction des sous-chaînes les plus longues, communes à deux chaînes de caractères. La méthode est étendue au cas des réponses multiples.

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Bibliographie

  1. [1]
    Tubach (J. P.). Reconnaissance automatique de la parole. C.E.T.A.Thèse (1970), 275 p.Google Scholar
  2. [2]
    Vicens. Aspects of speech recognition by computer (Aspects de la reconnaissance de la parole par ordinateur).Stanford artificial intelligence project, MEMO-AI-85, CS 127 (1969), 210 p.Google Scholar
  3. [3]
    Alberga (C. N.). String similarity and misspellings (Ressemblance des chaînes et fautes d’orthographe).Communic. Ass. Computg. Machin., U.S.A. (mai 1967),10, n∘ 5, pp. 302–313.Google Scholar
  4. [4]
    Damerau (F.). A technique for computer detection and correction of spelling errors (Une technique de détection et de correction par ordinateur de fautes d’orthographe).Communic. Ass. Computg. Machin., U.S.A. (mars 1964),7, n∘ 3, pp. 171–176.Google Scholar
  5. [5]
    Faulk (R. D.). An inductive approach to language translation (Approche par induction pour la traduction d’un langage).Communic. Ass. Computg. Machin., U.S.A. (nov. 1964),7, n∘ 11, pp. 647–653.MATHGoogle Scholar
  6. [6]
    Glantz (H. T.). On the recognition of information with a digital computer (Sur la reconnaissance de l’information à l’aide d’un ordinateur numérique).J. assoc. computg. Machin., U.S.A. (1957),4, n∘ 2, pp. 178–188.MathSciNetGoogle Scholar
  7. [7]
    Szanser (A. J.). Elastic matching in automatic pattern recognition (Méthode de correspondance élastique pour la reconnaissance automatique des formes). Conférence série n∘ 13.Machines perceptions of patterns and pictures, Institute of physics, 47 Belgrave square, Londres (1972), pp. 328–333.Google Scholar
  8. [8]
    Tanaka (E.),Kasai (T.),Fuzino (M.). A correcting method of garbled languages using language information (Une méthode de corrections des langages dénaturés utilisant l’information linguistique).Systems computers control., U.S.A., traduction partielle deTrans. Inst. electron. communic. engrs, Japon (1971),2, n∘ 2, pp. 50–57.Google Scholar

Copyright information

© Institut Telecom / Springer-Verlag France 1973

Authors and Affiliations

  • Roland Vivès
    • 1
  1. 1.groupement Calcul Électronique et Informatique, département Calculateurs et Systémes InformatiquesCNET-LannionFrance

Personalised recommendations