Springer Nature is making SARS-CoV-2 and COVID-19 research free. View research | View latest news | Sign up for updates

Respiratory distress syndrome of the newborn: A critique of current management of the vetilation-oxygenation problem

  • 161 Accesses

  • 1 Citations

Résumé

L’anesthésiste est habituellement consulté dans le traitement du syndrôme de détresse respiratoire du nouveau-né. Bien qu’il ne dicte pas au pédiatre la conduite à tenir, il est dans l’ordre de faire des remarques sur les méthodes actuelles de traitement respiratoire.

La littérature en anesthésie traite couramment en détail des problèmes des différences alvéolo-artérielles en oxygène et le pédiatre et l’anesthésiste perdent des chances d’apprendre l’un de l’autre.

Nous résumons la littérature pertinente et les observations originales des auteurs en ce qui concerne les changements des gaz dans le sang artériel normal au cours des premiers jours de la vie. Les changements les plus marqués surviennent au cours des 24 premières heures de la vie; ils consistent en une élévation rapide de la tension en oxygène et une baisse de la tension de CO2. A 24 heures de vie, la vraie communication de droite à gauche chez l’enfant normal est d’environ 20 à 25 pour cent alors qu’elle est moins de 5 pour cent chez l’adulte. Les résultats des auteurs donnent des chiffres, à 3 jours de vie, qui ne sont pas très différents de ceux d’autres enfants normaux plus agés. A part l’augmentation de la différence alvélo-artérielle de l’oxygène, le poumon de l’enfant est comparable à celui de l’adulte de facon plus favorable qu’on ne le croyait.

Nous mentionnons les détails de la technique de ponction artérielle que nous préférons.

I1 est facile de diagnostiquer un syndrome de détresse respiratoire, mais il est habituellement impossible de faire un pronostic d’après l’observation clinique seulement. I1 est nécessaire de faire une classification des degrés de sévérité.

L’on a réalisé cela en mesurant la communication ou plus simplement en mesurant les tensions d’oxygène obtenues en faisant inspirer de l’oxygène pur. Ces deux méthodes facilitent l’évaluation des diverses sortes de traitements et de la mortalitè à prévoir.

Les critiques des anesthésistes sur le traitement actuel se classent en trois groupes:

  1. 1.

    Les critères acceptés pour l’usage de la ventilation artificielle sont excessifs; ils ne peuvent s’expliquer seulement sinon justifiés par les complications graves décrites à la suite de l’intubation endotrachéale et du traitement par le ventilateur.

  2. 2.

    Les exigences d’un ventilateur dans ces circonstances; exemples: une pression élevée, un volume constant, un complexe respiratoire rapide et lent un volume d’air courant controlable ne sont réalisés que par l’Engstrom, mais même le Bird et le Bennett sont utilisés là ou ils ne le devraient pas. Ainsi on les trouve souvent à contre temps avec la respiration spontanée. I1 existe une crainte dominante dans l’esprit des pédiatres d’employer une pression trop élevée et de l’hyperventilation: il s’ensuit souvent une fonction tout à fait insuffisante. Une pression élevée, souvent 40 cm. H2O et plus, et un deébit rapide durant l’inspiration sont nécessaires pour ventiler à travers un tube endotrachéal pour enfants. L’enfant peut toleérer de grandes variations de tension de CO2 pourvu que Ton reéussisse une bonne oxygènation.

  3. 3.

    Fondamentalement, il est préférable d’essayer de chercher un seul concept de pathologie et de traitement que de traiter une acidose marquée respiratoire et métabolique. La réponse peut se trouver en essayant d’augmenter le débit sanguin pulmonaire plus tôt au début de la maladie. L’espoir que l’on puisse trouver des médicaments pour réaliser cela n’a pas encore été réalisé; l’oxygène est un vasodilatateur pulmonaire puissant. Si le syndrome de détresse respiratoire est simplement un signe de réaction d’un lit vasculaire immature, alors il faudrait songer a améliorer le débit sanguin tissulaire et l’oxygénation par des médicaments tels l’hydrocortisone qui s’est avérée efficace sur la circulation périphérique des animaux choqués et sur l’homme.

Il est possible que les respirateurs à pression négative du type “tank” puissent donner une meilleure oxygenation que la pression positive intermittente dans le syndrome de détresse respiratoire, même lorsque la ventilation n’est pas aussi bonne. Certains succès peuvent être dus à une opération plus simple, mais il y a aussi la possibilité, que l’on n’a pas démontré cliniquement, que la pression négative entraine une meilleure synchronisation de la ventilation et de la perfusion.

Il est probable que des moniteurs miniatures construits spécifiquement soient plus utiles pour les infirmières que d’imposants cardioscopes. Les principaux problèmes des anesthesistes, en qualité de consultants, sont d’établir les meilleurs soins possibles avec les respirateurs dans une atmosphere ou les ventilateurs sont habituellement réservés aux moribonds et d’échanger des ideées avec les néonatologistes pour enseigner les infirmières dans les unités de soins respiratoires des prématurés avec des ventilateurs et de coordonner I’unité de soins intensifs des prématurés avec l’unité des soins intensifs générale dans l’hôpital.

References

  1. 1.

    Munn, J. F. The Lung as a Black Box. Canad. Anaesth. Soc. J.13: 81 (1966).

  2. 2.

    Severinghaus, J. W. &Larson, C. P., Jr. Respiration in Anaesthesia. Handbook of Physiology—Respiration 2. Chapter 49.

  3. 3.

    Bendixen, H. H.;Egbert, L. D.;Hedley-Whyte, J.;Laver, M. B.; &Pontoppidan, H. Respiratory Care. St. Louis: C. V. Mosby Co. (1965).

  4. 4.

    Fatrley, H. B. The Oxygen Tightrope. Canad. Anaesth. Soc. J13: 98 (1966).

  5. 5.

    Prod’hom, L. S.;Levison, H.;Cherry, R. B.;Drorbaugh, J. E.;Hubbell, J. P., Jr.; &Smith, C. A. Adjustment of Ventilation, Intrapulmonary Gas Exchange, and Acid-Base Balance during the First Day of Life. Pediatrics.33: 682 (1964).

  6. 6.

    Avery, M. E. The Lung and its Disorders in the Newborn Infant. Philadelphia: W. B. Saunders (1964).

  7. 7.

    James, L. S. Physiology of Respiration in Newborn Infants and in the Respiratory Distress Syndrome. Paediatrics.24: 1069 (1959).

  8. 8.

    Weisbrot, I. M.;James, L. S.;Prince, C. E.;Holaday, M. D.; &Apgar, V. Acid-Base Homeostasis of the Newborn Infant during the First 24 Hours of Life. J. Pediat.52: 4, 395 (1958).

  9. 9.

    Stahlman, M. T. Carbon Dioxide Tension and the Control of Respiration. Rep. Ross Conf. Pediat. Res.31: 60 (1959).

  10. 10.

    Rackow, H. Pulmonary Function in the Normal Infant. Anaesthesiology.25: 593 (1964).

  11. 11.

    Rudolph, A. M.;DrorbauGh, J. E.;Auld, P. A. M.;Rudolph, A. J.;Nadas, A. S.;Smith, C. A.; &Hubbell, J. P., Jr. Studies of the Circulation in the Neonatal Period. The Circulation in the Respiratory Distress Syndrome. Pediatrics.27: 4, 551 (1961).

  12. 12.

    von Hayek, H. The Human Lung. New York: Hafner (1960).

  13. 13.

    Nelson, M. M.;Prod’hom, L. S.;Cherry, R. B.;Lipsitz, P. J.; &Smith, C. A. Pulmonary Function in the Newborn Infant: the Alveolar-Arterial Oxygen Gradient. J. Appl. Physiol.18: 534 (1963).

  14. 14.

    Smith, R. M. Anaesthesia for Infants and Children. St. Louis: C. V. Mosby Co. (1963).

  15. 15.

    Bucci, G.;Scalamandrè, A.;Savignoni, P. G.;Orzalesi, M.; &Medicini, M. Crib-Side Sampling of Blood from the Radial Artery. Pediatrics.37: 497 (1966).

  16. 16.

    McCaughey, T. J.;Holm, A. W.; &Hayakawa, J. Arterial Blood Gases Associated with Anaesthesia for Adenotonsillectomy in Children. Canad. Anaesth. Soc. J.5: 460 (1964).

  17. 17.

    Kuwabara, S. &McCaughey, T. J. Unpublished data.

  18. 18.

    Hanley, W. B.;Brando, M.; &Swyer, P. R. Neonatal Respiratory Distress: Experience at the Hospital for Sick Children, Toronto. 1960-1961. Canad. M.A.J.89: 375 (1963).

  19. 19.

    Swyer, P. R. &Levison, H. The Current Status of the Respiratory Distress Syndrome of the Newly Born. Canad. M.A.J.93: 335 (1965).

  20. 20.

    Prod’hom, L. S.;Levison, H.;Cherry, R. B.; &Smith, C. A. Adjustment of Ventilation, Intrapulmonary Gas Exchange, and Acid-base Balance during the First Day of Life. Infants with Early Respiratory Distress. Pediatrics.35: 662 (1965).

  21. 21.

    Stern, L. Personal communication.

  22. 22.

    Delivoria-Papadopoulos, M.;Levison, H.; &Swyer, P. R. Intermittent Positive Pressure Respiration as a Treatment in Severe Respiratory Distress Syndrome. Arch. Dis. Childhood.40:474(1965).

  23. 23.

    Levison, H. Personal communication.

  24. 24.

    Chu, J.;Clements, J. A.;Cotton, E.;Klaus, M. H.;Sweet, A. Y.;Thomas, M. R.; &Tooley, W. H. The Pulmonary Hypoperfusion Syndrome. Pediatrics.35: 733 (1965).

  25. 25.

    Lillehei, R. C.;Longerbeam, J. K.;Bloch, J. H.; &Manax, W. G. The Nature of Irreversible Shock: Experimental and Clinical Observations. Ann. Surg.160: 682 (1964).

Download references

Author information

Correspondence to Thomas J. McCaughey or Shigeo Kuwabara or Henry Fung.

Additional information

Supported in part by Dominion-Provincial Grant No. 606-7-92.

Rights and permissions

Reprints and Permissions

About this article

Cite this article

McCaughey, T.J., Kuwabara, S. & Fung, H. Respiratory distress syndrome of the newborn: A critique of current management of the vetilation-oxygenation problem. Can. Anaes. Soc. J. 13, 476 (1966). https://doi.org/10.1007/BF03003614

Download citation

Keywords

  • Respiratory Distress Syndrome
  • Oxygen Tension
  • Newborn Infant
  • Main Bronchus
  • Control Respiration