, Volume 59, Issue 3, pp 331-341

Towards a humanism of knowledge, action and cooperation

Purchase on Springer.com

$39.95 / €34.95 / £29.95*

Rent the article at a discount

Rent now

* Final gross prices may vary according to local VAT.

Get Access

Abstract

This article begins by looking at two reports, commissioned in the second half of the 20th century to investigate the impact of social change on education and to propose strategies for tackling new challenges arising from this. The first report, published in 1972, was the so-called Faure report (named after French lawyer and politician Edgar Faure), and the second one, published in 1996, was the so-called Delors report (named after French economist and politician Jacques Delors). Using these two reports as their starting point, the authors of this paper consider the effects of modern information technology on our cultural environment. Today we are experiencing an increasingly virtual world with very real effects. This paper argues that Edgar Faure already foresaw the emergence of a new cultural world in which virtuality would both add to and compete with reality. The authors stress that now, more than ever, access to lifelong education needs to be ensured for everyone, permanently enriched by research and innovation, addressing creativity and entrepreneurship, in addition to continuously evolving skills and competences.

Résumé

Vers un humanisme du savoir, de l’action et de la coopération – Les auteurs de cet article se penchent tout d’abord sur deux rapports commandités au cours de la seconde moitié du XXe siècle en vue d’examiner l’impact de l’évolution sociale sur l’éducation, et de proposer des stratégies pour répondre aux nouveaux enjeux qui en résultent. Le premier de ces ouvrages, publié en 1972, est celui appelé le rapport Faure (du nom de l’avocat et homme politique Edgar Faure), le second publié en 1996 est celui qu’on appelle le rapport Delors (du nom de l’économiste et homme politique Jacques Delors). Se fondant sur ces deux rapports, les auteurs étudient les effets des technologies modernes d’information sur notre environnement culturel. Nous vivons aujourd’hui dans un monde de plus en plus virtuel, dont les effets sont cependant très réels. Les auteurs constatent qu’Edgar Faure avait déjà anticipé l’apparition d’un nouveau monde culturel, dont la virtualité serait à la fois un ajout et une concurrence à la réalité. Enfin, ils signalent qu’aujourd’hui plus que jamais, l’accès à l’éducation tout au long de la vie doit être garanti pour chaque être humain, éducation constamment enrichie par la recherche et l’innovation, stimulant la créativité et le sens de l’entreprise en complément de savoirs et de savoir-faire en constante évolution.